paru en octobre 2019 aux éditions Unicité

textes issus des recueils

 

Saute!

Muse au 

parus aux éditions Unicité

En cas d’amour

 

sortez vos ceintures

là...

exactement

non pas sous le siège

dans la poche kangourou

 

elles sont très pratiques

elles sont élastiques

et permettent des loopings extatiques

 

En cas d’amour

 

puis trouvez pour votre nez

le masque à gaz euphorique

spécial apnée prolongée

 

il reste encore pour le décor

des ailes de libellules

qui libèrent les particules

 

En cas d’amour

 

envolez-vous maintenant

vers des ailleurs

insoupçonnés

et revenez revigorés

partager vos beautés

 

En cas d’amour 

 

 

 

arrière

 

arrière arrière derrière

on a tout oublié

on est restées collées

à cette puissante réalité

 

un leste de côté

le vent à tourné

Shéhérazade nous a parsemées

on est des rescapées

 

veux-tu que je te raconte une histoire ?

 

Je suis une arrière-petite-fille

des fées réchappées des bûchers

je ne le savais pas

ténu le fil retrouvé

il a fallu

renoncer, délier, déprogrammer

tout un programme à l’heure mouvementée

l’or noir des veuves avait encore sonné

on avait pas assez mangé

 

devant tant de dangers

il a fallu se résigner

et mettre au monde le chantier

de toutes ces beautés oubliées

 

alors on se reconnaît

on se réchauffe

on se réapprend à travers de l’envers

le carton-pâte a fondu

on se retrouve toutes nues

 

déesses enfouies au bord de l’infini

on avait pas osé goûté à la voie lactée

on avait fait de nous des dames de fer

avec tous nos travers

assurant à l’outrance même dans la démence

 

l’heure a sonné

de dévoiler

 

aujourd’hui

Vénus est à mes côtés

elle veille sur moi depuis bien avant

le commencement de mon corps

pas de mon âme

j’avais oublié que j’étais là

pour faciliter la créativité

 

et pourtant je l’avais déjà expérimenté

perplexe existence

 

 

 

L'influence du hasard

 

l'influence du hasard

sur le bruit des pétards

sur les odeurs des fleurs

sur les genoux de ta sœur

 

l'influence du hasard

sur la couleur des haillons

sur l'odeur des torpeurs

sur le toucher que tu effleures

 

l'influence du hasard

sur tes regards hagards

sur tes pas dans le noir

sur tes mains qui pianotent

 

l’influence du hasard

quand bien même il serait trop tard

l’influence du hasard

et quand y’a pas de lézard ?

 

 

 

 

 

tu bois la tasse

 

tu as cru qu’a marée basse

tu pouvais amasser

tous les coquillages

récoltés

 

t’as rien vu v’nir

la marée est montée

vite

trop

 

tes chevilles se sont

d’abord

emmêlées

t’as fait un pas de côté

le premier

 

tes genoux ont flanché

ils n’arrivent plus à te porter

 

ta taille s’est déhanchée

t’as de l’eau jusqu’au

plexus

ça malaxe à l’intérieur

la vague au cou

ton âme suffoque

à peine

 

tes yeux vitreux globullent

en patience

tes branchies se souviennent

et t’en perds ton latin

 

attends c’est pas fini

les courants concomitants

arrivent

t’as déjà perdu pied

 

maintenant t’as plus qu’à nager

avec les baleines éventrées

les plastiques non identifiés

les nappes incolores

les algues démoniaques

 

ha j’oubliais

tu ne sais pas flotter ?

il te reste donc l’apnée

 

qui vas-tu donc rencontrer

dans les profondeurs ?

t’inquiète

tu seras pas tout seul

une flopée de grands noyés

à tes côtés